L’enseignement de Nisargadatta Maharaj « I am that »

« Vous êtes l’Absolue Réalité ici même assis devant moi, en cet instant ! La seule différence entre nous est que je le sais et que vous ne le savez pas. »

Nisargadatta Maharaj est un guru indien de la doctrine de l’Advaita Vedānta, ou non-dualité. Son enseignement se fit connaître en Occident, notamment au travers du livre intitulé « I am That ».

Le livre au format PDF:

Nisargadatta-Maharaj-Je-suis

« Pendant quarante-cinq ans Sri Nisargadatta Maharaj, le sage de Bombay qui est mort en septembre 1981, a tenu à ses visiteurs des propos aussi déconcertants.

Des propos qui balayent tous les dogmes, toutes les constructions philosophiques, tous les systèmes. « Ne cherchez plus, vous possédez l’identité même de Dieu, de l’Ultime. Elle n’a ni aspect, ni nom, ni couleur, ni forme. Il vous faut abandonner tout ce que vous savez pour la découvrir, on ne connaît pas sa véritable nature, on l’est ! »

C’est à un lâcher-prise total que nous invite toujours Maharaj, à une stabilisa­tion dans l’être, dans la présence à soi-même… « vous n’êtes que lumière ». Il ne tolérait aucun rationalisme, aucun nouveau concept et savait le moment venu d’une seule remarque remettre dans la juste orientation, « vous participez à ces entretiens depuis longtemps, parlez-moi de ce que vous n’avez pas retenu ». Sri Maharaj exprimait en formules saisis­santes cet Absolu où il résidait. Les réponses jaillissaient de lui avec une vivacité devançant quelquefois l’entière traduction de la question posée. Ques­tionné à ce sujet, il répondait « je ne suis plus dans la conscience, je l’observe et vois simplement apparaître une ques­tion et se formuler une réponse ».

Cette perfection du non-faire était incroyablement tangible aux pieds du Maharaj. Son authenticité, le feu de son regard, la densité de sa présence et de ses propos ont constitué pour la plupart de ceux qui l’ont approché un événement essentiel, prélude à une transformation profonde. Il demeure heureusement des enregistrements des entretiens quotidiens qu’il avait avec ses visiteurs, dont le contenu au fil des années devient de plus en plus fulgurant.

Une mise en forme de ces entretiens a été faites par Maurice Frydman en 1972 et publiée à Bombay. La traduction française de cet ouvrage, « Je suis », est paru aux éditions « Les deux océans ». Le même éditeur a publié d’autres livres d’entretiens avec ce sage permettant ainsi à de nombreux chercheurs de vérité d’avoir accès à ces paroles libératrices. »

Paul Vervisch.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *